Le PQ devient autonomiste!

Voilà une bonne nouvelle pour le Québec!

Le PQ s’est enfin réveillé, a tout compris et il est devenu autonomiste! Ils ont finis par comprendre qu’un dialogue est peut-être encore possible avec Ottawa? Que les Québécois n’en veulent plus des référendums à répétition? Seul l’autonomie du Québec peut arriver à rassembler les Québécois.

Jean-Pierre Malo (L’Action):  »Le parti québecois est d’abord une formation politique qui aspire au pouvoir mais avec un idéal souverainiste. Le virage stratégique incarné par leur chef, Pauline Marois, reprend le traditionnel flambeau autonomiste de tout gouvernement québecois qui se respecte mais avec une claire perspective de la souveraineté du Québec. Qui pourrait blâmer Mme Marois si la réalité politique du Québec d’aujourd’hui, fortement teintée d’un nationalisme plus vigoureux que jamais, met en veilleuse un projet souverainiste qui ne rallie pas la majorité des Québecois?

Le dernier sondage du quotidien La Presse sur les intentions « nationales » des Québecois confirme que le PQ est sur la bonne voie en voulant s’afficher le principal parti autonomiste au Québec devançant l’ADQ empêtré dans ses contradictions et devant le parti libéral surtout, grand propagandiste sinon « conservateur » de la thèse fédéraliste. En 2009, 28% des Québecois quand même, veulent un pays séparé du Canada alors qu’un autre 30%, plus mous que durs, désirent plus d’autonomie pour le Québec sans renoncer au Canada. C’est cette dernière partie de l’électorat, visiblement, qui attire un PQ plus populiste que jamais. L’idée résolument moderne de tenir des référendums sur des revendications précises sans déchirer notre chemise canadienne n’est pas sans plaire à la majorité.

Loin du discours suicidaire sur la souveraineté, le PQ veut devenir ou redevenir l’Union Nationale triomphante des bonnes années 1936-40 et 1944-60. C’était l’époque du réveil québecois qui a mené plus tard, on le sait, à la presque souveraineté dans les temps forts du début des années 1980. Un pas en arrière pour le PQ et la reprise du pouvoir selon le modèle autonomiste ne peut pas être perdant. Duplesssis l’avait bien compris quand il se battait pour que les pouvoirs de taxation reviennent au Québec…et aux provinces selon le vœu de la constitution canadienne de 1867. Dès 1945, il refusait de renouveler les ententes fédérales-provinciales et amenait le Québec à taxer directement les particuliers et les corporations. C’est un exemple parmi tant d’autres comme l’adoption d’un drapeau québecois en 1948, symbole de la prise de conscience nationale des Québecois.

Le PQ d’aujourd’hui semble reprendre le combat là où la fameuse commission Laurendeau-Dunton de 1967 l’avait laissé. On parlait de « la tendance profonde de tant de Québecois vers une autonomie accrue et leur conviction grandissante que le Québec devient une nation distincte, maîtresse de ses institutions économiques et sociales ». Quarante, 50 ou 60 ans plus tard, ce n’est que partie remise.

Qui reprochera ainsi à Pauline Marois de rebrasser la cage fédérale pour nous faire grandir à nouveau? »

http://www.laction.com/article-347343-Virage-au-PQ.html

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :